Apprentissage et Métacognition

Qu’est-ce que la métacognition apporte? Elle permet de prendre le contrôle et de développer des stratégies efficaces pour son apprentissage. Il s’agit de “réfléchir à réfléchir” et de savoir ce que l’on connait et ce que l’on ne connaît pas.

Pour des athlètes, une façon de savoir s’ils prennent possession de leur apprentissage est de se demander “Peuvent-ils expliquer comment quelque chose fonctionne?” Il s’agit aussi pour eux de devenir capable non seulement de mettre en application, mais de développer la capacité —-d’analyse—-synthèse—-évaluation.

En tant qu’entraineur nous devons promouvoir un environnement qui valorise

  1. La distinction entre les idées, les objets et les “choses”.
  2. Capacité à construire et déconstruire un système.
  3. La relation entre les idées et la capacité de voir les interconnections dans l’environnement.
  4. Développer de multiples perspectives. Ce qui, entre autres, augmentera la capacité d’empathie.

La métacognition permet aussi de mieux développer l’imagerie mentale et ainsi apporter un meilleur autocontrôle de la tâche. Si l’athlète connait bien la tâche et peut l’analyser efficacement, il pourrait mieux corriger ses erreurs, ce qui augmentera sa motivation intrinsèque, ce qui augmentera son engagement, etc…

APPLICATIONS

Faire articuler ce que les athlètes ont appris.

Identifier avec eux ce qu’ils ont appris des entrainements précédents. (connaissances déjà connues)

Les amener à faire leur propre auto-évaluation après une série de tours ou une course. Cela avant toute intervention de la part de l’entraineur.

Apporter les athlètes à planifier eux-mêmes le processus et les objectifs de courses ou de modification de mouvement à l’entrainement.

Poser des questions. Cela permet aux apprenants de réfléchir à leurs propres processus d’apprentissage et stratégies.

Apporter les apprenants à réfléchir tout haut.

Créer un environnement où il est acceptable de commettre des erreurs. Car un apprentissage est à propos du processus et d’acquérir de l’information et non pas appliquer une information à la perfection.

Faire un bilan de ses performances et planifier son entrainement, par exemple un jeune patineur qui connait les éléments d’un bon échauffement et qui peut donc planifier sa séquence d’exercices de façon autonome et l’adapter à l’intensité de l’entrainement.

  • Qu’elle est la tâche à effectuer : échauffement.
  • Comment je vais m’y prendre pour effectuer cette tâche : stratégies selon l’environnement, équipement à ma disposition, intensité vs la pratique.
  • Trouver des éléments qui me diront si j’ai réussi la tâche : est-ce que je me sentais prêt (sensation, technique…) lors de la première série de tours.

Cela apportera aussi un élément de confiance très important chez un jeune. Ce dernier aura une plus grande confiance en sa capacité de produire des réponses face à une situation donnée.

La métacognition n’est malheureusement pas vraiment un phénomène “observable”. Mais, ô combien important!

Coach Smart

Références:

White, B., & R. Frederiksen, J. (2005). A Theoretical Framework and Approach for Fostering Metacognitive Development (Vol. 40).

Love, S., Kannis, L., & Lovell, G. (2018). Metacognitions and Mindfulness in Athletes: An Investigation on the Determinants of Flow.

Brick, N., Macintyre, T., & Campbell, M. (2016). Thinking and Action: A Cognitive Perspective on Self-Regulation during Endurance Performance (Vol. 7).

Kralik, J., Hang Lee, J., Rosenbloom, P., Jackson, J. P. D. P., L Epstein, S., Romero, O., . . . McGreggor, K. (2019). Metacognition for a Common Model of Cognition.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s