Lors du retour après le confinement, voici l’élément le plus important pour les intervenants sportifs

Évidemment, la présente situation de confinement nous sort de notre zone de confort. Lors du retour à l’entraînement de nos jeunes sportifs, il sera important de porter une attention particulière aux blessures. Y a-t-il des données ou des événements qui peuvent nous aider à bien construire nos interventions lors du retour? Je propose deux exemples qui peuvent nous donner un portrait de l’importance d’être patient et de bien faire progresser la charge d’entraînement.  

Il est possible que des intervenants sentent le désir de « doubler » les efforts et accélérer le retour vers une forme optimale comme s’il n’y avait pas eu de confinement. Surtout si les sports d’été ont une saison écourtée avec les mêmes dates de championnats à la fin de l’été.

Par contre, essayer d’augmenter les charges d’entraînements trop rapidement lors d’un retour est exactement le contraire de ce que nous devons faire. Certaines données démontrent que la majorité des blessures arrivent lors du retour à l’entraînement et surtout si celui-ci est trop rapide.

Dans les graphiques suivants, nous avons deux exemples auxquels nous pouvons nous rapporter face à la présente situation du confinement.

Dans la NFL, au printemps 2011, un lock-out a fait en sorte que les athlètes n’avaient plus accès à leur environnement d’entraînement ni à leurs intervenants professionnels. Les joueurs ont donc eu à faire une transition très rapide entre la phase de « désentrainement », la présaison et la saison. Cela a donc donné une opportunité d’évaluer les effets d’une trop courte période de transition. Le tableau suivant démontre bien la différence qu’il y a eu entre cet épisode hors du commun en termes de préparation physique et une saison régulière.  En effet, en temps normal,  65% des ruptures de tendon d’achille survenaient pendant les matchs et les accidents étaient distribués plutôt également à travers la saison. Lors du retour du lock-out, la prévalence de ce type de blessure a quadruplé et est arrivée en majorité en présaison.

Dans un autre exemple, une analyse de 4 ans sur des joueuses de Volleyball collégiales de Division 1 a permis de constater une tendance dans le moment de l’occurrence des blessures. En effet, les pics de blessures semblent survenir lors de période d’augmentation de volume et de charge d’entraînement lors d’un retour en début de saison ou d’un retour après un congé prolongé.

Il est donc très important que les intervenants sportifs prennent en considération l’importance de faire bien attention à la progression de leur programme lors du prochain retour à l’entraînement de nos jeunes sportifs. Et surtout, de combattre l’envie de « regagner le temps perdu » trop rapidement.

Nous devons faire mieux.

Rémi.

Références :

Myer, G. D., Faigenbaum, A. D., Cherny, C. E., Heidt, R. S., & Hewett, T. E. (2011). Did the NFL Lockout Expose the Achilles Heel of Competitive Sports? Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 41(10), 702–705. https://doi.org/10.2519/jospt.2011.0107

Sole, C., Kavanaugh, A., & Stone, M. (2017). Injuries in Collegiate Women’s Volleyball: A Four-Year Retrospective Analysis. Sports, 5(2), 26. https://doi.org/10.3390/sports5020026

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s