Analyse historique des meilleurs athlètes en patinage de vitesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis l’an 2000

L’hiver dernier, avec un sondage, j’ai recensé quelques données de tous les patineurs(euses) qui ont quitté la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, depuis l’an 2000, afin d’aller s’entrainer vers des centres d’entrainements élites en région métropolitaine. Ce groupe d’athlètes combine entre eux des dizaines de médailles sur le circuit international de Coupe du Monde et de nombreuses médailles olympiques. Deux personnes qui ont quitté la région n’ont pas répondu au sondage. Cette analyse avait les objectifs suivants:

  1. Tester l’hypothèse de la présence d’effet de l’âge relatif en patinage de vitesse courte piste.
  2. Obtenir des informations sur les éléments importants qui pourraient mieux préparer les athlètes des régions éloignées avant le départ vers les grands centres.
  3. Analyser la provenance (clubs) des athlètes ciblés.
  4. Analyser la réussite/non-réussite d’atteinte de l’équipe nationale.
  1. Tester l’hypothèse de la présence d’effet de l’âge relatif en patinage de vitesse courte piste.

En gros, l’effet de l’âge relatif, c’est l’idée qu’un jeune sportif a un avantage ou un désavantage selon sa date de naissance. Les sportifs sont regroupés selon leur âge chronologique, cependant, ceux qui sont nés tôt dans leur groupe ont des avantages physiques et intellectuels marqués. Il s’agit d’un concept très étudié dans plusieurs sports depuis des décennies et établi comme étant un important facteur de réussite/non-réussite dans les sélections d’équipe sportives à travers l’adolescence.

Par exemple, voici le nombre de joueurs par mois de naissance en soccer chez les 17 ans dans les différentes équipes pour l’Euro u17 2019.

L’effet de l’âge relatif dans le sport fera l’objet d’un article plus détaillé dans les prochaines semaines.

Je voulais donc voir, malgré le petit échantillon, si nous pouvions voir une tendance dans ceux qui ont été les meilleurs patineurs(euses) de la région dans les 20 dernières années. En patinage de vitesse, l’année débute en juillet. Dans le graphique suivant, nous pouvons constater qu’il semble en effet y avoir un tel aspect aussi dans le patinage de vitesse. Des méthodes de sélection telles que les standards de temps et les critères de sélection basés sur des distances de sprint ou des éléments de puissance très tôt à l’adolescence viennent accentuer une telle situation depuis quelques années. Dans une optique où l’on désire avoir une meilleure rétention et de meilleures performances internationales à moyen et long terme, nous devrions nous pencher sur les stratégies pour diminuer cette tendance. Cela afin de ne pas mettre de côté des athlètes avec un grand potentiel, mais qui sont tout simplement nés vers la fin de leur groupe d’âge respectif.

Nous pouvons aussi constater que cette tendance semble être très élevée depuis 2014. De plus, 75% des athlètes sont nées dans la première moitié de l’année.

2. Obtenir des informations sur les éléments importants qui pourraient mieux préparer les athlètes des régions éloignées avant le départ vers les grands centres.

Dans le sondage, je désirais avoir une question ouverte afin d’avoir le point de vue de chaque athlète qui a quitté la région afin d’avoir une meilleure idée sur les éléments qu’il ou elle juge pertinent de mieux développer avant le départ d’une région éloignée. J’ai consciencieusement laissé la question ouverte afin de laisser la place à des réponses qui ne sont pas en lien avec le patin de façon spécifique. De toutes les réponses, une seule personne a parlé d’un élément technique de patin. La totalité des réponses était en lien avec la gestion et l’autonomie telle que la gestion de la nutrition et de l’équilibre de vie entraînement-études.

Nous avons donc là une belle piste d’amélioration pour tous les jeunes sportifs des régions éloignées de Montréal qui doivent faire face à cette situation. Il serait donc pertinent que les environnements sportifs, tous sports confondus, puissent mettre en place des outils de développement pour les éléments qui figurent parmi les mots-clés présents dans les réponses.

Question : Selon vous, quels sont les éléments qui devraient être enseignés avant le départ de la région pour les jeunes athlètes?

(réponses abrégées)

  • Gestion du temps
  • Organisation de l’horaire, quoi faire lorsqu’il n’y a pas d’entrainement
  • L’autonomie est l’élément le plus important
  • Conciliation sport-études, écoute et connaissances de soi
  • Bonnes habitudes d’entraînement (échauffement, cool down, étirements, routine de compétition, alimentation).
  • L’autonomie et des conseils à vivre seul dans une grande ville
  • Apprendre aux jeunes à se connaître et savoir qu’est-ce qu’ils ont besoin afin de garder un équilibre lorsqu’ils se retrouveront seuls
  • Organisation et gestion du temps
  • Capables de se débrouiller par eux-mêmes, capables de cuisiner, de s’organiser et d’être assidu à l’école. Se faire un horaire détaillé pour chaque semaine.
  • Comment cuisiner pour bien manger. J’encourage à ne pas quitter l’école même si l’entraînement peut être beaucoup. Ça fait du bien d’avoir autre chose dans la tête que juste le patin.
  • Comment bien manger pour bien performer
  • Savoir cuisiner, être organisé et savoir bien concorder les tâches, faire l’épicerie, etc, pour ne pas manquer de temps pour pouvoir gérer l’école, le sommeil et tout le reste qui est importants dans la vie d’un athlète
  • Comment bien gérer l’école et le patin !

3. Analyser la provenance (clubs) des athlètes ciblés

Au niveau de la provenance des athlètes, il ne semble pas y avoir une tendance claire. Par contre, nous pouvons constater que le Club de Saint-Félicien semble avoir le meilleur ratio par rapport au nombre de membres de son club compte tenu de sa petite taille. Le club de Chicoutimi semble être sur une lancée depuis les dernières années.

Il s’agit là d’un exercice qui devrait être fait à la grandeur de la province et du pays. Cela nous permettrait de mettre en lumière, de façon plus objective, les entraineurs qui semblent avoir des outils/méthodes qui fonctionnent bien. Nous pourrions ensuite avoir une meilleure idée des éléments que nous devrions partager dans la communauté des entraineurs afin d’établir de meilleures pratiques sportives.

4. Analyser la réussite/non-réussite d’atteinte de l’équipe nationale.

Au niveau de l’atteinte de l’équipe nationale, il semble y avoir une démarcation entre avant et après les départs de 2013. Quelques hypothèses peuvent être considérées pour expliquer ce fait. Tout d’abord, il pourrait être pertinent d’établir les facteurs des départs avant 2013 et ceux d’après 2013, car le centre national junior de Montréal a vu le jour vers 2012. Il y a donc une différence entre les motivations et les critères qui faisaient qu’un athlète quittait la région avant et après 2012.

Aussi, peut-être y a-t-il plus de places disponibles dans un environnement d’élite à Montréal grâce au centre junior qu’auparavant. Ce pourrait-il qu’il s’agisse là de la raison qu’il y a plus d’athlètes qui quittent la région depuis 2013, après temps mort de 5 ans? Avec plus de candidats, nous pourrions avoir l’argument qu’il y aurait encore plus de membres venant de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les équipes nationales masculines et féminines. Par contre, comme ce n’est pas le cas, se pourrait-il que malgré qu’il y ait plus d’athlètes qui quittent la région, il n’y a pas nécessairement plus d’athlète ayant la capacité d’atteindre les « ligues majeures »?

De plus, il serait pertinent de prendre en considération que le Saguenay-Lac-Saint-Jean était à l’avant-garde au début des années 2000 en établissant un des premiers centres de développement régional au pays et en ayant accès à une des rares glaces de dimension olympique pour l’époque. Or, ces deux éléments ne sont plus des avantages concurrentiels depuis au moins plusieurs années maintenant. L’accès à des entraineurs de qualités et un environnement optimal pour le développement des patineurs s’est grandement accru dans plusieurs autres clubs et régions au Québec depuis 10 ans. Ce qui fait en sorte que le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’a plus ce qui l’avantageait et plusieurs autres régions développent maintenant des patineurs de haut niveau.

Comme n’importe quelle organisation ou entreprise, est-ce que votre organisation travaille pour développer un avantage concurrentiel? Avez-vous un plan pour la mise en action d’un tel avantage?

Coach smart!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s