Le Comité Olympique Canadien et la politique

C’est connu, le sport et la politique ne font qu’un.

Nous en avons un exemple concret cette semaine venant de la part du Comité Olympique Canadien (COC). Le COC est l’instance mère de l’Olympisme au Canada. Il s’agit d’une entité administrative privé.

Évidemment, dans l’ère du sport moderne, de tels organismes ont des employés très compétents en matière d’image de marque, de marketing, de gestion publique et médiatique.

De cette façon, le COC est la première organisation à vouloir démontrer toute sa moralité et sa conscience sociale en se montrant une « alliée » des causes de justice sociale à la mode telles que les droits LGBTQ+ et le récent mouvement contre le racisme.

Or, quand vient le temps de prendre position, d’appuyer et supporter les athlètes concernant les atrocités des régimes politiques totalitaires, le COC croit judicieux de « parler aux athlètes sur les implications de ce qu’ils disent et sur les sujets qu’ils choisissent de parler ».

Est-ce que le COC aurait le même discours concernant les revendications pour la communauté LGBTQ+?

Est-ce que le COC aurait le même discours pour les athlètes qui veulent parler de racisme en 2021?

Ne vous trompez pas. Pour David Shoemaker, CEO et secrétaire général du Comité Olympique Canadien,  « les athlètes ont le droit de parler librement ».

Cependant avant le départ pour les jeux de Beijing en 2022, le COC va passer « un temps considérable » avec les athlètes afin que ceux-ci soient « conseiller sur ce dont ils ne devraient pas faire de commentaires, du moins, pas avant la fin des jeux »

Est-ce que la liberté des athlètes dépend des causes qu’ils veulent supporter?

M. Shoemaker, professionnel très compétent dans son domaine, réussi à détourner les faits en voulant mettre de l’emphase qu’il s’agit ici de démarches pour le bien et la sécurité des athlètes.

Le Canada n’a-t-il pas mis en place une maison de la Fierté Gai lors des jeux de Sotchi en soutien aux revendications de la communauté LGBTQ+ de Russie? Dans un pays qui emprisonne les défendeurs des droits LGBTQ+?

M. Shoemaker connait très bien les représailles politiques et économiques qui résultent de critiques du régime communiste chinois. Il est l’ancien CEO de l’Association Nationale de Basketball de Chine pour la NBA.

Il est donc très au fait de « l’importance » pour le COC de se mettre à genou devant le pouvoir politique du Parti communiste de Chine.

M. Shoemaker parle même de la « trêve olympique », alors même que nous savons que la Russie était en guerre lors des jeux de Sotchi.

Au Canada, n’avons-nous pas une responsabilité de nous lever et de défendre les droits humains devant les atrocités du régime chinois?

Ressources supplémentaires

Canadian athletes cautioned on speaking out at Beijing Olympics – The Globe and Mail https://canadanewsmedia.ca/canadian-athletes-cautioned-on-speaking-out-at-beijing-olympics-the-globe-and-mail/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s