Les traits de personnalité sont-ils le futur du développement sportif?

Dans cet article, je discute d’un concept encore très peu mis en évidence. Depuis des décennies, nous tentons de nous baser sur des composantes physiques et physiologies afin d’expliquer et de prédire les succès sportifs. Or, je désire apporter ici quelques idées qui sont présentes dans la littérature depuis le tournant des années 2000 concernant les traits de personnalité et le succès dans le sport.

Cette approche de la psychologie est plutôt déjà existante dans le milieu des affaires afin d’expliquer le succès entrepreneurial, mais encore peu détaillé dans le monde du sport.

En effet, les traits de personnalité, souvent utilisés selon la théorie des cinq grands traits (Big Five), pourraient expliquer les succès académiques ainsi que les choix vocationnels et béhavioraux au niveau du travail. Ils peuvent établir des connexions importantes entre les habiletés et les accomplissements dans plusieurs domaines.

Évidemment, plusieurs notions éthiques concernant l’étude des traits de personnalité compliquent leur analyse.

Traits de personnalité et talent

Une étude, fait avec un groupe de joueurs élites juniors de la ligue australienne de football, aurait trouvé que les facteurs de personnalité pourraient être un prédicteur plutôt précis des joueurs dans leur transition au niveau sénior.

Lorsque les facteurs de personnalité sont combinés avec un facteur selon l’évaluation de l’entraineur, tel que le potentiel physique du joueur, il semblerait que le potentiel de prédiction pourrait aller jusqu’à 100% de précision.

Selon l’analyse régressive, il a été établi que la prédiction basée sur les mesures de la personnalité était très précise au niveau des effets longs-termes. Les facteurs de personnalité seraient uniquement 11% de la variance dans l’évaluation des entraineurs sur les performances juniors des joueurs alors qu’ils expliqueraient 61% de la variance de performance sur cinq saisons au niveau sénior.

Le rôle de la personnalité aurait un impact majeur afin de convertir les habiletés en performances concrètes.

Évidemment, il n’est pas facile d’établir la variable des habiletés comme étant constante afin d’évaluer le rôle de la personnalité. En revanche, il semble qu’à potentiel physique égale, la personnalité serait ce qui fait la différence ultimement dans les accomplissements sportifs. Par exemple, de plus en plus d’évidences suggèrent que la stabilité émotionnelle est associée au succès.

Il est aussi très bien établi que le trait de conscienciosité joue un rôle important dans la prédiction de succès dans une grande variété d’occupations.

L’évaluation des entraineurs sur les habiletés, les performances et le potentiel combiné semblerait produire une pauvre prédiction du succès de la transition dans les rangs séniors.

Les prédictions des entraineurs n’étant pas bien mieux que si la prédiction avait été faite au hasard en lançant une pièce de monnaie.

Cette précision semble pouvoir passer à pratiquement 100% lorsque l’évaluation de l’entraineur et les traits de personnalités seraient combinés.

Quelle importance pourrait-il y avoir en termes de trait de personnalité entre les athlètes élites juniors et ceux qui ne se sont pas rendus au plus haut niveau? Est-ce que les athlètes juniors qui réussissent à percer au niveau senior sont substantiellement différents que ceux qui ne percent pas?

Il a été rapporté que les traits de conscienciosité et de neurotisme auraient une corrélation directe avec la performance athlétique alors que l’agréabilité et l’ouverture à l’expérience ne seraient pas corrélés avec la performance sportive. Par exemple, la conscienciosité et le neurotisme seraient significativement reliés aux performances athlétiques chez des joueuses de soccer collégiales.

Les athlètes qui ont fait l’expérience de succès dans leur sport auraient aussi un score plus élevé que les non-athlètes dans chacune des dimensions de la personnalité selon le Big Five, à l’exception de l’ouverture à l’expérience. Cela alors que les athlètes ayant eu moins de succès avaient un score plus élevé que les non-athlètes dans les traits de l’extraversion et l’agréabilité. Les athlètes ayant eu le plus de succès (niveau national et international) démontraient un score plus élevé dans l’agréabilité, la conscience et la stabilité émotionnelle que les athlètes ayant obtenu moins de succès (niveau régional).

Les facettes de la conscienciosité telles que la persévérance, la diligence, la stabilité émotionnelle et la capacité à gérer le stress sont particulièrement pertinentes dans un contexte de sport de haut niveau.

Approche Terrain

Au lieu de considérer et de quantifier certains attributs physiques existants d’un individu afin de prédire les performances sportives futures, il y aurait une réflexion à faire sur les méthodes de quantifier le potentiel d’un individu à apprendre et se développer.

Les performances à un jeune âge ont été démontrées comme étant un mauvais indicateur d’un futur niveau d’accomplissement dans le sport. Cependant, la motivation ainsi que des stratégies appropriées d’apprentissage sont des déterminants importants d’un meilleur succès dans le sport ou tout autre domaine. Ces stratégies d’apprentissage auront un impact direct sur la capacité d’interagir de manière efficace et d’utiliser son environnement pour que l’individu atteigne son plein potentiel.

L’objectif ne serait donc pas d’identifier ou de déterminer qui sont les individus les plus performants du moment, mais bien quels seront ceux qui, avec le temps, sauront prendre en charge leur développement.

Il s’agit donc de passer moins de temps à identifier et plus de temps à développer les facteurs qui sous-tendent un développement optimal.

Et si l’on mettait l’attitude avant les résultats sportifs chez les jeunes en développement?

Suggestions lecture

Abbott, A., & Collins, D. (2004). Eliminating the dichotomy between theory and practice in talent identification and development: Considering the role of psychology. Journal of Sports Sciences, 22(5), 395–408. https://doi.org/10.1080/02640410410001675324

Aidman, E. (2007). Attribute-based selection for success: The role of personality attributes in long term predictions of achievement in sport.

Allen, M. S., Greenlees, I., & Jones, M. (2011). An investigation of the five-factor model of personality and coping behaviour in sport. Journal of Sports Sciences, 29(8), 841–850. https://doi.org/10.1080/02640414.2011.565064

Mirzaei, A., Nikbakhsh, R., & Sharififar, F. (2013). The relationship between personality traits and sport performance. 4.

Steca, P., Baretta, D., Greco, A., D’Addario, M., & Monzani, D. (2018). Associations between personality, sports participation and athletic success. A comparison of Big Five in sporting and non-sporting adults. Personality and Individual Differences, 121, 176–183. https://doi.org/10.1016/j.paid.2017.09.040

Waleriańczyk, W., & Stolarski, M. (2021). Personality and sport performance: The role of perfectionism, Big Five traits, and anticipated performance in predicting the results of distance running competitions. Personality and Individual Differences, 169, 109993. https://doi.org/10.1016/j.paid.2020.109993

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s