La science idéologique

E-Alliance (EA) est un nouveau centre de recherches et de « partage du savoir » qui réunit des chercheures universitaires et des intellectuelles autour « d’un engagement commun en faveur de l’équité des genre+ dans le domaine du sport ». La création de ce centre de recherches s’inscrit dans l’annonce de 2.65$ millions par la ministre des Sciences et des Sports du Canada, Kirsty Duncan. De ce budget, 1.65$ millions ont été alloués au centre de recherches.

EA repose sur 7 engagements. L’un d’entre eux est de « mettre l’accent sur une approche intersectionnelle ». Selon EA, leurs études « sont menées dans un contexte marqué par l’oppression ».

Le 8 février dernier, EA rendait publique sa stratégie afin d’implanter l’intersectionnalité dans leur approche. Ce faisant, EA a mis sur pied un groupe de travail afin « d’opérationnaliser l’intersectionnalité ». Ce groupe comprend :

  • Dr. Debra Kriger, Science de l’exercice, études du corps dans un contexte socioculturel, Université de Toronto
  • Dr. Janelle Joseph, Science de l’exercice, Études critiques de la race & indigénéité, Université de Toronto
  • Dr. Amélie Keyser-Verreault, Anthropologie socioculturelle, Université Laval
  • Dr. Danielle Peers, Éducation physique et récréation, Université de l’Alberta

EA désire se commettre dans une approche intersectionnelle selon les prémices émises par Kimberlé Crenshaw, co-éditrice du livre Critical Race Theory: The Key Writings That Formed the Movement et On Intersectionality: Essential Writings.

Pour EA, atteindre l’équité pour tous les genres dans le sport nécessite de comprendre que les individus font face à de multiples systèmes d’oppressions qui se chevauchent.

C’est ainsi que la roue de l’opérationnalisation de EA porte l’image d’une approche en mouvement perpétuel de « façon à être de nature cyclique ». Selon EA, cette approche fera en sorte que les gens qui désir s’impliquer dans la perspective intersectionnelle pourront le faire à différents points dans le système d’opérationnalisation.

L’objectif de ce mouvement, selon EA, est de promouvoir l’avancement vers la « justice » et « l’équité ».

Ainsi, toujours selon EA, les chercheurs et les intervenants sur le terrain pourront agir avec des actions spécifiques afin « d’intervenir dans les systèmes d’oppression ».

Afin de « s’engager dans les approches de recherches intersectionnelles », les chercheurs qui désireront répondre aux appels de propositions pour l’obtention de bourses doivent impérativement répondre à des questions afin de prouver que leur projet détient une approche intersectionnelle. En d’autres mots, ils devront « inclure un engagement envers l’intersectionnalité » dans leurs « recherches ». EA s’engage à évaluer les approches intersectionnelles de ceux qui postuleront pour les subventions de recherches afin de s’assurer que l’intersectionnalité à une importance de premier plan dans leur application. De cette façon, EA désirent que les chercheurs démontrent « un souci et des pratiques concrètes quant aux différentes façons dont les systèmes d’oppression façonnent les processus de la recherche et les savoirs qui en résultent. »

Cela afin de « répondre au mandat du centre de recherches » et « participer au changement de paradigme qu’amène la réflexion intersectionnelle » pour « tendre vers l’excellence dans la recherche en équité des genres… »

Cette perspective a comme objectif de « diriger notre attention sur les manières dont les systèmes d’oppressions multiples, et qui se chevauchent, impactent les expériences genrées dans la participation sportive et le leadership. »

Pour ce faire, EA propose quelques aspects pour inclure « des approches et méthodologies intersectionnelles » dont :

  • Qui fait partie de l’équipe de recherche
  • Avec qui faites-vous des partenariats et collaborez-vous
  • Définir les termes comme « genre », « sport », « équité », « intersectionnalité »
  • Le niveau de contrôle qu’ont les participant.e.x.s quant à l’autodéfinition de leurs identités et des données (p.ex. quels aspects de l’identité sont mis de l’avant, quel langage est utilisé, quels pronoms sont utilisés

EA invite à en apprendre d’avantage sur le concept d’intersectionnalité en faisant la promotion des textes de Kimberlé Crenshaw (Demarginalizing the intersection of race and sex: A Black feminist critique of antidiscrimination doctrine, feminist theory and antiracist politics) et de Patricia Hill Collins (Intersectionality as Critical Social Theory).

Vous pouvez visionner le webinaire sur l’opérationnalisation de l’intersectionnalité de E-Alliance ainsi que les détails de leurs approches de recherche intersectionnelles aux liens ci-dessous.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s